Cherchons dans la brume le Machu Picchu !

11/05/2019 – Colombe.

Comme les plus grands explorateurs, nous partons aujourd’hui découvrir la plus célèbre cité inca : Le Machu Picchu. Mais avant cela laissez-moi vous donner quelques infos importantes que j’ai recherchées dans les guides, sur internet, ou que j’ai apprises lors de nos visites.

Comment, quand, qui et où a-t-on retrouvé le Machu Picchu ?

Toute l’aventure a commencé en 1909. Hiram Bringham, passionné par le majestueux peuple inca, a entendu parler d’une mystérieuse cité qui se cacherait dans la vallée sacrée de Cusco, perchée au sommet d’une montagne, près de la rivière Urubamba, et qui se nommerait « Victos ». Avec une équipe, il part alors explorer la vallée sacrée. A chaque village, chaque maison, chaque habitant, il demande « connaissez-vous des ruines incas ? ». On lui répond par la négative ou en lui montrant un site trop petit. Une fois tout prêt de la montagne Huayna Picchu, on lui dit « Nous connaissons un grand site perché dans le col entre le Huayna Picchu et le Machu Picchu (qui signifie vieille montagne) ». Il y va, prend quelques photos mais repart sans reconnaitre Victos. C’est trois ans plus tard qu’il revient et affirme alors que le site du Machu Picchu est bien la cité qu’il cherchait. On pense cependant qu’il existe encore une autre cité majeure inca, deux ou trois fois plus grande, perdue dans la forêt amazonienne.

Les Incas

Les incas étaient un peuple très intelligent, qui en un siècle, a conquis un territoire qui s’étend du Chili et de l’Argentine centrale à la Colombie. Les incas ont vécu entre le 15ème et le 16ème siècle. C’est le début de la renaissance en France. Celui qu’on appelle l’Inca était l’empereur que son peuple vénérait car il se disait fils du soleil, l’astre le plus sacré, et du dieu de la création. Les cités étaient souvent séparées entre les quartiers populaires et les quartiers nobles par un mur, mais on y trouve à chaque fois un temple du soleil, un temple de l’eau et plusieurs autres temples. Les incas y faisaient des sacrifices d’animaux et rarement humains pour les occasions de fête (solstice d’hiver le 21 juin – nous sommes dans l’hémisphère sud), ou en cas de maladie de l’Inca, ou en cas de désastres (irruption volcanique ou tremblement de terre).

L’architecture Inca

Ce peuple est connu pour son architecture. Les Incas savaient tailler les pierres à la perfection. Elles s’emboitaient alors parfaitement grâce aux nombreux angles taillés sur chacune des pierres. Nous n’avons pas pu y glisser une feuille de papier ! Les pierres sont énormes et pèsent parfois jusqu’à 80 tonnes. On se demande comment ils ont pu les monter en haut des montagnes sachant qu’ils ne connaissaient ni le cheval ni la roue. On reconnait également l’architecture inca par la forme trapézoïdale des portes.

Le Machu Picchu

A la différence des explorateurs, nous savions où était situé le Machu Picchu, mais nous ne le voyions pas car il y avait trop de brume et nous n’avons eu que de la pluie, de la pluie et de la pluie pendant 5 heures. A la fin nous étions trempés à tordre.

J’ai quand même adoré cette cité inca ; c’était mon rêve de la visiter depuis longtemps. A certains moments, la brume s’écartait pour nous laisser voir pendant quelques minutes la cité entière. C’était un peu comme si un voile s’écartait pour nous laisser admirer un spectacle.

Alors malgré la pluie j’étais toute excitée d’être dans cette cité si mystérieuse. La veille nous avons regardé en famille un « c’est pas sorcier » sur les incas, la vallée sacrée et le Machu Picchu. Du coup, j’ai bien compris qu’au lever du soleil du 21 juin, les rayons pénètrent par la fenêtre principale du temple pour éclairer l’autel et former ainsi une lumière en forme de puma (animal sacré dans la religion inca).

Pendant plusieurs heures, j’ai arpenté chacune des maisons avec des pierres grossièrement taillées pour les quartiers populaires et raffinées pour les quartiers nobles. En haut de l’observatoire, j’ai ressenti une force, une chaleur qui est encore un mystère des incas. Ils se servaient de cet observatoire pour connaitre les dates de travail de la terre et de récolte.

Le soir, nous sommes redescendu à Aguas Calientes à pied, toujours sous la pluie pendant 1h avant de rejoindre notre hôtel et de prendre une douche chaude. A 20h30, nous avons pris le train pour rentrer à Ollantaytambo. Nous étions couchés à 23h. Demain, nous visiterons cette autre site historique.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *