Oh belle Amazonie, rencontre avec tes indigènes ! J2

Le 14/06/2019 – Ingrid.

 

2ème jour :

Au programme, 2h de pirogue pour rejoindre un petit village où vit une petite communauté indigène.

En chemin, nous observons à nouveau plein d’animaux. Nous sommes toujours autant admiratifs devant la capacité du guide à repérer les animaux dans ces feuillages denses.

Puis arrivés au village, le guide cueille une espèce de fruit, il fend la coque en deux, apparaissent alors des grains rouges. Il entreprend de maquiller les filles en trempant un petit bout de bois dans ces grains rouges qu’ils utilisent comme une teinture naturelle, comme font les indigènes. Le filles sont très fières du résultat.

Puis après avoir dégusté une boisson fermentée à base de canne à sucre, et mâchouillé des bâtonnets de cette même plante et goûté un fruit renfermé dans une immense cosse, nous accompagnons l’épouse du chef du village chercher des racines de manioc, appelé Yuca en Equateur.

Avec sa machette, elle coupe quelques branches d’un petit arbre, puis nous fait signe de tirer de toutes nos forces sur les souches. Apparaissent alors les racines de Yuca. Ils nous faut maintenant leur retirer leur écorce assez épaisse. Puis nous regagnons le village pour préparer des galettes de manioc.

Pour cela, la femme nous fait laver le yuca, puis le râper à tour de rôle. Ce n’est pas une moindre tâche étant donné que nous sommes revenus avec une douzaine de racines. On comprend alors bien l’expression à la force des bras. Le thermomix, il n’y a pas à dire, est un confort certain.

Ensuite, la femme étale une espèce de panier tressé à base de feuilles de palme, et y étale le yuca râpé.

Puis elle roule le panier pour en faire une espèce de saucisse, le suspend en l’air à une poutre, et à l’aide d’un grand bâton elle va créer une torsion sur ce panier afin de presser le yuca et d’en faire sortir plusieurs litres d’eau contenus dedans.

Ensuite, on étale l’espèce de pâte obtenue, on la passe au tamis.

On récupère une poudre fine, que la femme s’empresse d’étaler dans un grand plat de poterie fait maison, et qu’elle fait chauffer sur un feu bien disposé. Il en résulte six belles galettes de yuca que nous allons déguster avec une pâte de piment qui arrache et soit du poisson chat cuit dans une feuille de banane sur le feu, soit avec une ceviche de poisson bien citronné (poisson cru mariné). La galette est un peu sèche seule, mais c’est un régal quand on l’associe avec du poisson.

Ces galettes, tartinées avec de la pâte de piments constituent le petit déjeuner des enfants ici dans la forêt, avant de partir pour l’école.

Après avoir complété le repas d’un panier pique-nique préparé par le lodge, nous devions aller rendre visite au chaman du village voisin, mais malheureusement celui-ci est occupé. Tant pis.

Nour reprenons la route du retour, toujours à l’affût des animaux.

De retour au Lodge, nous faisons la connaissance d’une famille française qui vient de débarquer: Aurélie, Michael, Maelis, et Nathan. Les enfants ne perdent pas une minute pour se mettre à jouer ensemble. Arrivés à notre bungalow, un spectacle attend les enfants. Un énorme caïman somnole, tapis sous le logement voisin. L’excitation est à son comble.

Puis un atelier fabrication de chocolat à partir des fèves de cacao est proposé. Les filles sont partagées entre l’atelier et l’envie d’observer le caïman avec leurs nouveaux copains de jeux.

Ensuite, nous rembarquons pour aller admirer le coucher du soleil sur le lac situé à 20 minutes de pirogue. Les couleurs du soleil couchant sur la végétation luxuriante met encore plus en valeur ce cadre magnifique.

Arrivés sur le lac, ceux qui veulent se jettent à l’eau pour un bon bain. La perspective des caïmans le long de la rivière n’arrête pas Colombe longtemps, on la voit très vite à la proue du bateau pour nous faire un beau plongeon, suivie de Nicolas et de Mahaut. Quant à moi, je préfère rester tranquillement admirer les couleurs changeantes de la nature.

De retour au Lodge, les enfants sont heureux de se retrouver pour une partie de jeux, entrecoupée par une apparition de caïman, d’un serpent et d’une tarentule, de quoi rythmer la soirée.

Pour savoir tout sur ces animaux, rendez-vous sur le super article de Mahaut sur les animaux d’Amazonie.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *