Terres volcaniques, requins et tortues de mer : J3

22/05/2019 – Nico.

 

Hier soir, nous avons navigué en soirée pour rejoindre l’ile de Bartolomé. Aussi nous avons passé une nuit bien calme, juste bercés par les flots légers du mouillage. Une fois l’excellent petit déj avalé, nous partons donc à 7h30 visiter cette petite ile volcanique récente. Nous atteignons le sommet au bout d’une demi-heure de marche dans un paysage fantastique. Léo notre guide, nous explique comment naissent les iles directement dans l’océan. Il s’agit d’un point chaud qui se réveille parfois, faisant sortir de la lave à 1200 degrés depuis le fond de la mer. Quand l’éruption est importante, la lave s’entasse en formant un cône, mais des rivières de lave liquide continuent de couler formant ainsi des iles plus ou moins grandes. Plusieurs éruptions ont souvent lieu sur une même île ce qui donne les paysages incroyables que nous avons la chance de voir ici sur Bartolomé ou sur Santiago.

Depuis le sommet, nous admirons ainsi le paysage que nous avions déjà vu en photo, dans le guides touristiques sur les Galapagos. Je dois dire qu’en vrai c’est très impressionnant. Nous sommes entourés de roche volcanique, sur laquelle la végétation peine à prendre racine. Nous avons une vue sur toute l’île ainsi que sur Santiago et ses grandes coulées de lave récentes.

 

La roche, ici n’est ni plus ni moins que de la lave refroidie avec plein de bulles, du coup, les pierres sont très légères.

Nous partons maintenant observer la faune marine autour de cette même ile de San Bartolomé. Nous allons parcourir d’une plage à l’autre tout le tour des rochers en snorkeling. Nous enfilons donc masques, tubas et palmes et c’est parti, nous voilà à l’eau pour une heure trente d’observation sous marine à faire pâlir n’importe quel plongeur chevronné. Un requin par-ci, un requin par là, une otarie qui s’amuse avec nous, et le tout sur fond de lave durcie. Même les étoiles de mer sont magnifiques. Au total, Colombe a compté 7 requins avec lesquels nous avons pu plonger, nager pendant plusieurs minutes… que d’émotions !

L’après midi, nous nous sommes rapprochés de l’île de Santiago pour aller marcher sur l’énorme coulée de lave. L’éruption date d’il y a une centaine d’années et laisse ainsi une étendue à perte de vue toute noire. On y voit toute les vaguelettes formées par le magma liquide juste avant de refroidir, puis se casser parfois, et refroidir à nouveau pendant plusieurs mois, jusqu’à laisser ce paysage si surprenant devant nos yeux.

La plage sur laquelle nous avons débarqué est vraiment paradisiaque en comparaison avec l’enfer de désolation que nous venons de traverser.

Les filles, moins motivées pour se remettre à l’eau, préfèrent jouer sur le sable pendant qu’Ingrid et moi renfilons palmes, masques et tubas pour un deuxième snorkeling. Heureusement Simon, un jeune québécois avec nous sur la croisière, nous accompagne avec sa caméra sous marine. Nous vous partageons donc quelques photos avec une tortue.

Le soir, alors que nous remettons le cap vers l’ouest, nous partageons en famille, puis avec les autres passagers du bateau ces incroyables rencontres que nous avons encore faites aujourd’hui, toujours avec autant d’émotions. A l’heure où j’écris ces lignes, je mesure une fois de plus la chance que nous avons de voyager ainsi et de vivre avec une telle intensité ces journées de dingue !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *